Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 08:21

Nous sommes de retour en France, mais restons tournés vers l'Amerique Latine... pour y repartir peut etre? Au moins pour s'interesser à ce qui s'y passe, et pour continuer nos investigations à distance sur le projet Marajo, pour lequel nous avions participé à la mission d'évaluation en aout dernier... Nous avions défini les futures phases du projet et sommes actuellement en recherche de financements. En voici un résumé pour vous tenir au courant...





Dans l’île de Marajó, les villes connaissent une croissance démographique importante et
rapide. Dans la ville de Breves, plus de 10.000 personnes sont arrivées entre 2003 et 2007,
quittant l’intérieur de l’île pour trouver un emploi en ville. Ces nouveaux habitants se sont
installés en périphérie, formant des quartiers illégaux et précaires. Le quartier de Santa Cruz, à
Breves, s’est développé de cette manière, dans une zone marécageuse et inondable.

1ère phase

Une mission d’évaluation, financée sur fonds propres, en août 2007, a permis à une équipe
(constituée de personnes formées en architecture, urbanisme, ingéniérie ) d’identifier la
nécessité pressante d’un assainissement de cette zone par un drainage et un système
d’évacuation des eaux usées. En effet, les détritus et les déjections se mèlent aux eaux
stagnant sous les maisons sur pilotis, nuisant évidemment à la santé de la population.
Plusieurs facteurs contribuent à la situation : le quartier est situé dans une zone basse de la
ville et reçoit parfois les eaux usées des zones supérieures ; la marée montante s’infiltre dans
la ville laissant en se retirant de nombreux détritus ; la saison des pluies aggrave la situation.

undefined

undefined

 
Eau stagnante, sous une maison Marée montante laissant les détritus



En collaboration avec les partenaires locaux qui se sont montrés très réceptifs, nous avons
défini les objectifs suivants :
- remblayage des zones d’habitation
- mise en place d’un système d’évacuation des eaux usées
- rénovation des pontons
- assèchement par le creusement ou la rénovation de canaux de drainage
- construction d’un barrage pour stopper la remontée des eaux à marée montante
- sensibilisation des foyers aux risques liés à l’eau.

Pour réaliser ces objectifs, il est essentiel d’adopter des techniques adaptées des pratiques
préexistantes localement. En effet, la population et la ville ont réalisé ponctuellement dans les
quartiers quelques travaux comme des pontons, des canaux, du remblayage. Le manque de
systématisation et d’entretien, ajouté à l’absence d’un barrage pour arrêter la marée montante,
n’a pas permis pour l’instant d’arriver à une effacité suffisante. Rationnaliser, perfectionner et
systématiser ces techniques permettra d’obtenir une solution accessible à la communauté et,
pour cette raison, viable sur le long terme.

Par exemple, des remblais en pente seront réalisés sous les maisons et draînés par des rigoles
périphériques renforcées par des bordures en bois donnant sur les canaux collectifs. Le réseau
ainsi constitué, grâce à des techniques simples et de coût réduit, permettra l’évacuation des
eaux stagnantes.

Les partenariats locaux sont indispensables pour le succès d’un tel projet. Durant la mission
d’évaluation, l’équipe a déjà eu contact avec les partenaires suivants :
- La mairie a donné son accord pour le projet. Un ingénieur de la ville a validé nos
propositions, notamment pour la construction du barrage. La ville fournira et transportera
une partie des matières premières (terre, sable) et participera à l’évacuation des déchets.
Si nécessaire, elle sera aussi en mesure de fournir la main d’oeuvre qualifiée pour les
travaux les plus techniques.
- Les agents du poste de santé le plus proche ont été contactés. Ils disposent déjà de
l’organisation nécessaire pour visiter les maisons et conduire des actions de prévention,
jouant le rôle d’intermédiaires entre le projet et les habitants. Des fiches pédagogiques
seront réalisées dès le début de la seconde phase.
- Certaines entreprises fournissent déjà de la sciure pour les remblais à la population. Il
serait possible d’obtenir aussi le transport de ce matériel en leur achetant le bois
nécessaire pour les travaux. La plus grande de ces entreprises a déjà été contactée.
- Les communautés de base de l’Eglise catholique ont accepté d’aider à la diffusion de
l’information.


2ème phase

En mars 2008, le projet pilote, avec quatre personnes sur une durée d’un mois et demi verra
la mobilisation d’un nombre limité de famille autour de ces objectifs. Cette deuxième phase
permettra d’établir définitivement les partenariats et d’améliorer la méthode appliquée. Les
premiers travaux seront réalisés dans les maisons des familles ayant les plus grands besoins.
Avec l’aide d’un ou deux ouvriers et des familles elles-mêmes, les travaux nécessaires seront
réalisés. En participant aux travaux, les familles acquerront la maîtrise des techniques
perfectionnées de construction et d’entretien.
Nous insistons sur l’appropriation du projet par la population. La mobilisation de la
communauté sera en effet indispensable à la réalisation des travaux, au succès de la
sensibilisation aux questions de santé et, surtout, à la pérennité du projet.

Budget prévu du projet pilote : 13 000 Euros


3ème phase

Après la réalisation de cette deuxième phase, deux coordinateurs seront chargés, durant 18 mois, de la réalisation, du suivi des travaux et de l’évaluation finale.

Budget prévu : 69 500 Euros

En fin de projet, une évaluation détaillée du projet sera essentielle pour étendre l’expérience à
d’autres quartiers ou villes nécessitant une intervention similaire. Pour cela, l’équipe réalisera
un document détaillé et accessible comprenant les techniques et la méthodologie générale. Ce
document est un objectif en soi de ce projet. Il comportera les fiches pratiques permettant la
réalisation des différentes interventions techniques et de prévention sur les questions de santé.





Le projet suit donc son cours... Nous y restons tres attaché et espérons qu'il prendra forme!! Si vous souhaitez aider le projet financièrement,  vous trouverez ci dessous les coordonnées bancaires.
Actuellement nous préparons un petit documentaire sur l'année passée... 
A bientot!

Vincent et Soizic





Coordonnées Projet Marajo.
9 Place Verte 59300.Valenciennes.France
projet_marajo@yahoo.fr
Tel : 0603796250

Si vous souhaitez collaborer à ce projet merci d’envoyer à l’adresse ci-dessus un chèque
libellé à l’ordre de :
AFICPV Fondation en écrivant « Amazonie» au dos du chèque.

Partager cet article

Repost 0

commentaires